Le Mandat de Protection Future. Dossier ANDEPHI



Adhérer à ANDEPHI
orientations générales
Questions réflexions
Les informations d'ANDEPHI
Français handicapés en Belgique
La vie dans les établissements spécialisés
Témoignages ANDEPHI
Accueil
ESPACE PRESSE Association ANDEPHI



ASSOCIATION    NATIONALE  DE DEFENSE  DES  PERSONNES HANDICAPEES EN INSTITUTION         

Parents, professionnels, amis     Association reconnue "d'intérêt général".

http://www.ANDEPHI.org                                    http://agirpourhandicapmental.pagesperso-orange.fr


31 Allée des Ormes   94170 Le Perreux- sur- Marne

  06 13 05 29 67

andephi@orange.fr


 

Le Mandat de Protection Future.

par Loïc DENIS  Docteur en Droit. H.D.R.




Inspiré par les conclusions de plusieurs rapports déposés depuis une dizaine d'années sur la situation des tutelles en France, la réforme de la protection juridique des majeurs, qui est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 modifie les conditions dans lesquelles sont décidées les différentes mesures de protection juridique du majeur et son accompagnement.


La loi n°2007-3008 du 5 mars 2007 renforce, en les clarifiants, les droits et la dignité des citoyens fragiles. Il n'est plus possible de tenter de faire mettre un adulte sous curatelle en invoquant simplement sa prodigalité, son intempérance ou son oisiveté.


 De même, les personnes dont la vulnérabilité résulte de difficultés sociales ou économiques sont désormais prises en charge par des dispositifs d'accompagnement social adaptés, sans être obligées de passer par le juge des tutelles. Celui-ci ne peut d'ailleurs plus se saisir d'office.


Avant que le juge intervienne, il faut que toutes les solutions alternatives à la tutelle soient examinées, en particulier les régimes de protection moins contraignants et moins attentatoires aux droits de la personne.


En outre, les mesures de protection juridique (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle) ne sont désormais possibles que si la personne est atteinte d'une altération de ses facultés personnelles constatée par un certificat médical précis et circonstancié.


 Enfin, la loi donne à chacun le pouvoir d'organiser soi-même sa protection à venir en créant le mandat de protection future. Ce nouveau dispositif permet à chacun de désigner à l'avance un tiers chargé de veiller sur ses intérêts et sur sa personne pour le jour où l'âge ou la maladie nécessiteront sa protection.


 De même, les parents ayant à charge un enfant handicapé peuvent organiser sa protection juridique à l'avance pour le jour où ils disparaîtront ou ne seront plus capables de s'occuper de lui. Ce mandat sera mis en œuvre lorsque l'altération des facultés aura été constatée, sans nécessiter l'intervention du juge.


Cette évolution, voulue par bon nombre de français, résulte de l'application d'une part de la recommandation n° R 99 du 23 février 1999 du Conseil de l'Europe, qui énonce que la vulnérabilité d'une personne majeure, son incapacité de fait à se conduire de manière totalement autonome, ne sauraient se traduire systématiquement par une incapacité juridique.

 Il y a lieu, en fonction de l'appréciation de l'altération des facultés mentales de la personne, de graduer la mesure de protection, et définit l'incapacité comme l'état des personnes majeures qui ne sont pas, en raison d'une altération ou d'une insuffisance de leurs facultés personnelles, en mesure de prendre, de façon autonome, des décisions en ce qui concerne l'une quelconque ou l'ensemble des questions touchant à leur personne ou à leurs biens, de les bien comprendre, de les exprimer ou de les mettre en œuvre et qui, en conséquence, ne peuvent protéger leurs intérêts ;


D'autre part La Convention de La Haye du 13 janvier 2000 sur la protection internationale des adultes, dont l'article 15 définit le mandat d'inaptitude comme un accord, ou acte unilatéral afin de prévoir les pouvoirs conférés par un adulte, en vue d'être exercés lorsque cet adulte sera hors d'état de pourvoir à ses intérêts.





  

Haut de page

Adhérer à ANDEPHI

Orientations générales

Questions réflexions

Informations

Résidents français en Belgique

La vie dans les établissements spécialisés

 PAGE d'ACCUEIL

Espace Presse

Notre association a pour vocation d’œuvrer pour  "la prise en compte effective de l'avis des parents (ou des tuteurs) dans les établissements spécialisés."


Agir pour le handicap mental

 

Le Mandat de Protection Future. Dossier d'ANDEPHI

II PARTIE : EXECUTION ET CONTROLE DU MANDAT DE PROTECTION FUTURE


La question de la mise en œuvre du mandat est tout aussi importante que celle de son contenu. La volonté du mandant, librement exprimée dans la convention, va emporter création d'un régime de protection autonome lorsque surviendra l'altération de ses facultés. Ainsi, le mandat prend effet lorsqu'il est établi que le mandant ne peut plus pourvoir seul à ses intérêts. Celui-ci en reçoit notification dans les conditions prévues par le code de procédure civile.

A cette fin, le mandataire produit au greffe du tribunal d'instance le mandat et un certificat médical circonstancié, à peine d'irrecevabilité, émanant d'un médecin choisi sur la liste établit par le Procureur de la République23 constatant que le mandant se trouve dans l'impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts en raison d'une altération, soit de ses facultés mentales, soit de ses facultés corporelles de nature à empêcher l'expression de sa volonté. Le greffier vise le mandat et date sa prise d'effet, puis le restitue au mandataire24. Par l'officialisation de la procédure, le législateur n'a pas voulu que la mise en œuvre du mandat de protection future se déroule en catimini, dans le secret d'une relation, fût-elle de confiance, entre un mandant et un mandataire.

Par ailleurs, elle est économe du dispositif judiciaire. En effet, elle est précédée, par une notification aux proches, permettant de vider en amont, et uniquement en cas de difficultés, les contestations éventuelles.

A/- EXECUTION DU MANDAT DE PROTECTION FUTURE:


Le mandataire exécute personnellement le mandat. Il ne peut, pendant cette exécution, être déchargé de ses fonctions qu'avec l'autorisation du juge des tutelles. Toutefois, il peut se substituer un tiers pour les actes de gestion du patrimoine mais seulement à titre spécial.

Le mandataire répond de la personne qu'il s'est substituée dans la gestion quand il n'a pas reçu le pouvoir de se substituer quelqu'un ; quand ce pouvoir lui a été conféré sans désignation d'une personne, et que celle dont il a fait choix était notoirement incapable ou insolvable.

Dans tous les cas, le mandant peut agir directement contre la personne que le mandataire s'est substituée. Le mandataire de protection future engage sa responsabilité pour l'exercice de son mandat25. Ainsi, il répond non seulement du dol, mais encore des fautes qu'il commet dans sa gestion. Néanmoins, sa responsabilité relative aux fautes est appliquée moins rigoureusement à celui dont le mandat est gratuit qu'à celui qui reçoit un salaire.


Lors de l'ouverture de la mesure, le mandataire chargé de l'administration des biens de la personne protégée fait procéder à leur inventaire.

Au cours du mandat, il assure son actualisation afin de maintenir à jour l'état du patrimoine.

Il établit annuellement le compte de sa gestion qui est vérifié selon les modalités définies par le mandat et que le juge peut en tout état de cause faire vérifier26 par le greffier en chef, auquel le secret professionnel ou le secret bancaire ne peut être opposés27

En cas de refus d'approuver le compte, le greffier en chef, qui peut être assisté, dresse un rapport des difficultés rencontrées qu'il transmet au juge. Celui-ci statue sur la conformité du compte


Lorsque la mise en œuvre du mandat ne permet pas, en raison de son champ d'application, de protéger suffisamment les intérêts personnels ou patrimoniaux de la personne, le juge peut ouvrir une mesure de protection juridique complémentaire confiée, le cas échéant, au mandataire de protection future. Il peut aussi autoriser ce dernier ou un mandataire ad hoc à accomplir un ou plusieurs actes déterminés non couverts par le mandat.


Le mandataire de protection future et les personnes désignées par le juge sont indépendants et ne sont pas responsables l'un envers l'autre; ils s'informent toutefois des décisions qu'ils prennent.

Par ailleurs, lorsqu'une personne, soit avant, soit après avoir été placée sous la sauvegarde de justice, a constitué un mandataire à l'effet d'administrer ses biens, ce mandat reçoit exécution. Toutefois, si la procuration a été donnée, expressément, en considération de la période de sauvegarde, elle ne peut, pendant cette période, être révoquée par le mandant qu'avec l'autorisation du juge des tutelles28.

Par ailleurs, la suspension des effets du mandat pour le temps d'une mesure de sauvegarde de justice peut être prononcée par le juge des tutelles.


Pendant la durée du mandat de protection future, les actes passés et les engagements contractés par la personne protégée peuvent être rescindés pour simple lésion ou réduits en cas d'excès alors même qu'ils pourraient être annulés en vertu de l'article 414-1. Les tribunaux prennent notamment en considération l'utilité ou l'inutilité de l'opération, l'importance ou la consistance du patrimoine de la personne protégée et la bonne ou mauvaise foi du co-contractant29.

L'action n'appartient qu'à la personne protégée et, après sa mort, à ses héritiers. Elle s'éteint par le délai de cinq ans prévu à l'article 1304 du code civil.

Après la mort de la personne protégée, les actes faits par lui, autres que la donation entre vifs et le testament, ne peuvent être attaqués par ses héritiers, pour insanité d'esprit, que si l'acte porte en lui-même la preuve d'un trouble mental, S'il a été fait alors que l'intéressé était placé sous sauvegarde de justice si une action a été introduite avant son décès aux fins d'ouverture d'une curatelle ou d'une tutelle ou si effet a été donné au mandat de protection future.

L'action en nullité s'éteint par le délai de cinq ans prévu à l'article 1304 du code civil30.


Le mandat mis à exécution prend fin soit par Le rétablissement des facultés personnelles de l'intéressé constaté à la demande du mandant ou du mandataire, dans les formes prévues à l'article 481, soit par le décès de la personne protégée ou son placement en curatelle ou en tutelle, sauf décision contraire du juge qui ouvre la mesure, soit par le décès du mandataire, son placement sous une mesure de protection ou sa déconfiture, soit enfin par Sa révocation prononcée par le juge des tutelles à la demande de tout intéressé, lorsqu'il s'avère que les conditions prévues par l'article 425 ne sont pas réunies, lorsque les règles du droit commun de la représentation ou celles relatives aux droits et devoirs respectifs des époux et aux régimes matrimoniaux apparaissent suffisantes pour qu'il soit pourvu aux intérêts de la personne par son conjoint avec qui la communauté de vie n'a pas cessé ou lorsque l'exécution du mandat est de nature à porter atteinte aux intérêts du mandant.


A l'expiration du mandat et dans les cinq ans qui suivent, le mandataire tient à la disposition de la personne qui est amenée à poursuivre la gestion, de la personne protégée si elle a recouvré ses facultés ou de ses héritiers l'inventaire des biens et les actualisations auxquelles il a donné lieu ainsi que les cinq derniers comptes de gestion et les pièces nécessaires afin de continuer celle-ci ou assurer la liquidation de la succession de la personne protégée.

B/- CONTROLE DE L'EXECUTION DU MANDAT DE PROTECTION FUTURE:


Afin de garantir son efficacité, et protéger en définitive la personne qui a voulu organiser sa protection toute seule, le contrôle doit être continu et permanent, économe de l'institution judiciaire. A défaut, le mandat perdrait de son influence et de son audience. L'objet, la nature du contrôle du mandat de protection future, tout comme le choix de l'organe de contrôle, doivent être enfermés dans des règles strictes rappelant l'esprit de cette nouvelle institution.

La cible du contrôle doit porter essentiellement sur les pouvoirs du mandataire, et leur traduction matérielle, les comptes qui procèdent de l'exercice de ces pouvoirs.

A/ Le contrôle des pouvoirs

Les pouvoirs du mandataire trouvent leur source dans le mandat. Ils représentent la volonté du mandant de conférer au mandataire, personne de confiance choisie par lui, un champ plus ou moins large d'action en vue d'assurer sa protection.

Fixer l'étendue des pouvoirs d'un mandataire, c'est connaître ses limites. La loi, en fixant la règle du jeu, admet l'exercice d'une liberté encadrée, la forme et le mandat les déterminent.


L'esprit du mandat de protection future, figure libre d'assistance et autonome se substituant à l'ordre public de protection, permet une étendue du mandat vaste. Un mandat court ou imprécis renvoie inévitablement aux règles habituelles du droit positif de la tutelle des personnes majeures. Le contrôle s'effectue ici a posteriori. Ainsi, le mandataire doit établir chaque année un compte de sa gestion. Le juge peut, même d'office, ordonner que les cinq derniers comptes de gestion et les pièces justificatives soient remis au greffier en chef du tribunal d'instance afin d'être vérifiés. De même, après la fin du mandat, le mandataire doit tenir à la disposition de la personne qui continue la gestion ou aux héritiers du mandant, les cinq derniers comptes de gestion et toutes pièces justificatives. L'examen, rétrospectif de l'activité du mandataire en sera facilité si le mandataire a été chargé, au début de sa mission, d'une obligation d'inventaire.

Selon la forme du mandat de protection future, le contrôle des comptes s'effectue soit auprès du Notaire31, soit auprès du Greffier en chef32. L'absence du juge dans la procédure est justifiée, par la volonté de la personne qui, en prévision de son inaptitude, préfère s'en remettre à un proche, en définissant ses prérogatives. Autorité de régulation, participant continu du régime de protection, le juge n'est pas dans le droit des incapacités une autorité de l'instant ou de l'enregistrement.

Bref, soit aucune contestation n'est élevée, et le contrôle est alors du seul ressort du greffier. Soit une contestation est portée devant le juge, et ce dernier se déterminerait par jugement, susceptible de recours.


Enfin, tout intéressé peut saisir le juge des tutelles aux fins de contester la mise en œuvre du mandat ou de voir statuer sur les conditions et modalités de son exécution.

La révocation du mandat. Celle-ci n'est d'ailleurs pas exclusive d'une action en dommages-intérêts. Les deux peuvent se cumuler.

La révocation mettra fin au mandat, au même titre que le décès du mandant ou du mandataire et emportera ipso facto retour au droit commun des incapacités.


C'est naturellement au juge des tutelles que la décision de révoquer ou non le mandataire.

Dans de très rares cas, ce pourra être le mandant lui-même, s'il recouvre ses facultés. Le droit de révocation lui est alors ouvert.

Hors ce cas très particulier, seul le juge des tutelles est compétent. Sa décision sera susceptible de recours devant le tribunal de grande instance.

C'est ainsi que dans le cadre du mandat de protection future, l'intervention est exceptionnelle. Du moins dans sa forme la plus exacerbée ou la plus développée, la forme notariée. Effectivement, organe de contrôle ni plus ni moins. Il n'est pas, comme dans le droit commun des incapacités, un acteur principal de la protection. Son rôle est subsidiaire, effacé jusqu'à ce qu'intervienne une crise. Le droit commun retrouve alors son empire. Le principe de nécessité refait surface et impose les mécanismes et les personnages habituels de l'ordre public de protection.


Manifestation de l'autonomie de la volonté comme source de protection, Il est une réponse alternative à l'une des questions majeures du XXIe siècle face au vieillissement de la population. Le mandat de protection future, qui repose nécessairement sur une démarche d'anticipation et de responsabilisation de chacun, devrait s'avérer précieux afin de faire prévaloir le respect de la volonté du mandant et de rendre moins difficile la vie de ses proches. Ainsi, cette mesure de protection civile privilégie l'autonomie de la volonté et la liberté de tout individu. De plus, le mandat de protection future n'est plus un complément de protection, il est un moyen de protection suffisant, permettant de ne pas recourir à la solution judiciaire et publique, prenant, ainsi, en compte les termes de la recommandation no 99 du 23 février 1999 du comité des ministres du Conseil de l'Europe préconisant la subsidiarité de la fonction légale de la protection. La loi ne doit jamais exclure d'autres formes conventionnelles de protection, elle doit même les favoriser.

Quelle est la différence entre le Mandat de protection future simple et le Mandat de protection future étendue ?


Le Mandat de protection future simple peut être rédigé par la personne elle-même, c’est-à-dire le mandant.


Le Mandat de protection future « étendu » est obligatoirement rédigé par un notaire. Les deux mandats sont valables, mais leur périmètre est différent.


Le mandat de protection future « simple » ne comporte que des actes conservatoires ou d’administration du patrimoine.


Le mandat de protection future « étendu » contient lui, des actes précis, et comprend les actes d’administration et de disposition.

Quand le mandat de protection future prend-il effet ?


Le mandat de protection future a été instauré par la loi du 5 mars 2007.

Il « prend effet lorsqu’il est établi que le mandat ne peut plus pourvoir seul à ses intérêts en raison d’une altération de ses facultés mentales ou corporelles, de nature à l’en empêcher."

Le mandataire doit produire devant le tribunal d’instance le mandat ainsi qu’un certificat médical délivré par un professionnel agréé par le procureur de la république.

 Dés que l'acte est validé, c’est le mandataire  qui va représenter le mandant  selon les pouvoirs attribués.

1ÈRE PARTIE : DES CONDITIONS DE L'ÉTABLISSEMENT DU MANDAT DE PROTECTION FUTURE:


Nonobstant, le principe de la liberté contractuelle, érigé dans le Code civil, un nouveau

 texte légal a été nécessaire afin de concevoir le mandat de protection future.

En effet, même si Rien dans l'ordre public et les bonnes mœurs ne semble y faire

obstacle, l'article 2003 du Code civil rappelle que le mandat prend fin notamment ...

par la tutelle des majeurs.

La Cour de cassation a précisé à ce propos qu'il fallait qu'une décision de tutelle ou

 de curatelle soit prononcée en vue de mettre fin au mandat. Ainsi, il ne suffit pas que le

doute se soit élevé sur la capacité du mandant pour éteindre immédiatement le mandat.

De plus, en raison du caractère grave de cet acte; le mandant choisit de dessaisir

l'autorité judiciaire au profit d'un mandataire à qui il entend confier des pouvoirs étendus

à l'effet de le représenter si ses facultés venaient à être altérées; ainsi que du domaine

vaste; il peut porter non seulement sur le patrimoine mais également sur la personne;

 le législateur a limité le renvoi aux dispositions de droit commun du mandat.

La présente contribution s'attachera à analyser cette innovation dans notre droit interne que représente le mandat de protection future, mit en œuvre par certaines législations étrangères.

A cette fin, nous suivrons l'ordre chronologique :


1ere PARTIE :  la question des conditions de l'établissement du mandat de  protection future


2ième PARTIE :  son exécution et de son contrôle.



A/- Liberté de la forme :


 - Principe:

La forme du mandat de protection future pour soi-même est libre.

Ainsi, le mandant a le choix entre la forme sous seing privé et celle authentique. Néanmoins, un papier et un crayon ne devraient pas suffire, même contresigné par deux témoins majeurs choisis par le mandant, personne majeure ou mineure émancipée ne faisant pas l'objet d'une mesure de tutelle. La personne en curatelle ne peut conclure un mandat de protection future qu'avec l'assistance de son curateur.

 En effet, aux termes de l'article 492 c. civ. Le mandat établi sous seing privé est daté et signé de la main du mandant. Il est soit contresigné par un avocat, soit établi selon un modèle défini par décret en Conseil d'Etat.


La désignation par une personne d'une ou plusieurs personnes chargées d'exercer les fonctions de curateur ou de tuteur pour le cas où elle serait placée en curatelle ou en tutelle s'impose au juge, sauf si la personne désignée refuse la mission ou est dans l'impossibilité de l'exercer ou si l'intérêt de la personne protégée commande de l'écarter. En cas de difficulté, le juge statue8.


 - Exception:


En revanche, La forme du mandat de protection future pour autrui doit être authentique.

En effet, le mandat de protection future par lequel les parents ou le dernier vivant des père et mère, ne faisant pas l'objet d'une mesure de curatelle ou de tutelle, exerçant l'autorité parentale sur leur enfant mineur ou assument la charge matérielle et affective de leur enfant majeur organiseront sa  protection juridique à l'avance pour le jour où ils disparaîtront ou ne seront plus capables de s'occuper de lui, doit être en la forme authentique9. Cette obligation exigeante10 se justifie par le fait qu'il s'agit là de la représentation d'autrui.

De surcroît, la forme authentique procure force exécutoire au mandat, sans intervention du juge, ainsi que force probante jusqu'à inscription de faux au sens de l'article 1319 du Code civil, traversant ainsi les vicissitudes de la vie juridique.

De même, n'appartient qu'au dernier vivant des père et mère s'il a conservé, au jour de son décès, l'exercice de l'autorité parentale ou assument la charge matérielle et affective de leur enfant majeur, le droit individuel de choisir un tuteur, qu'il soit ou non parent de l'enfant, et ne peut être faite que dans la forme d'un testament ou d'une déclaration spéciale devant notaire. A moins que l'intérêt du mineur commande d'écarter le tuteur, qui n'est pas tenu d'accepter la tutelle, elle s'impose au conseil de famille12. Ainsi, la tutelle testamentaire se limite qu'à la désignation du tuteur de l'enfant Contrairement au mandat de protection future, dont la raison d'être est l'organisation de la vie juridique, elle est soumise au droit commun de la protection juridique des personnes protégées.



  

B/- Désignation du MANDATAIRE:


Le mandataire peut être toute personne physique choisie par le mandant ou une personne morale inscrite sur une liste dressée et tenue à jour par le représentant de l'Etat dans le département. Elle comprend les services mentionnés au 14° du I de l'article L. 312-1, les personnes agréées au titre de l'article L. 472-1, les personnes désignées dans la déclaration prévue à l'article L. 472-6. Les personnes inscrites sur cette liste prêtent serment dans des conditions prévues par décret en Conseil d'Etat.


Le mandataire doit, pendant toute l'exécution du mandat, jouir de la capacité civile et remplir les conditions prévues pour les charges tutélaires. Ainsi, ne peuvent exercer les différentes charges de la tutelle les mineurs non émancipés, sauf s'ils sont le père ou la mère du mineur en tutelle, les majeurs, bénéficiant d'une mesure de protection juridique, les personnes à qui l'autorité parentale a été retirée, les interdits des droits civiques, civils et de famille.

En outre, les membres des professions médicales et de la pharmacie, ainsi que les auxiliaires médicaux ne peuvent exercer une charge curatélaire ou tutélaire à l'égard de leurs patients.

Un ou plusieurs mandataires pourront être désignés et devront accepter. Conformément au principe du parallélisme des formes, l'acceptation ainsi que toutes modifications devront être faîte dans la même forme que le mandat de protection future.

C/- Etendu du Mandat de protection future:


La loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 donne valeur législative à l'arrêt de principe du 18 avril 1989 de la Cour de cassation selon lequel la protection juridique a pour finalité aussi bien la protection de la personne même du majeur que celle de ses biens. L'objet du mandat de protection future est d'organiser la protection juridique future aussi bien de la personne que de son patrimoine, de l'un et l'autre en même temps, ou de l'un ou l'autre distinctement. Le mandat pourra être général ou spécial auquel cas il ne portera que sur un aspect de la protection, notamment la gestion d'un bien unique.


Protection du patrimoine:


Selon que le mandat de protection future est en la forme notariée ou sous seing privé, les pouvoirs du mandataire seront différents. Effectivement, le caractère authentique de l'acte lui donne la possibilité d'accomplir les actes qu'un tuteur peut faire seul ou avec autorisation, alors que le caractère sous seing privé, Limite aux actes qu'un tuteur peut faire seul, les pouvoirs du mandataire. Par ailleurs, les actes de disposition à titre gratuit lui sont interdits.


Protection de la personne:


Alors que pendant longtemps le législateur a négligé la protection de la personne dans son être même pour ne porter qu'une attention sur son patrimoine, la loi du 4 mars 2002, en instaurant la possibilité pour le malade, avant qu'il ne puisse plus exprimer sa volonté, de désigner de façon anticipée, une personne digne de confiance qui pourra être ultérieurement consultée, recueillir les informations nécessaires, et prendre à sa place les décisions appropriées concernant sa santé, annonçant le testament de fin de vie. Le mandat de protection future, prenant acte de l'évolution humaine et sociale de la société, des progrès immenses de la médecine impliquant la nécessité de faire participer la personne protégée, à sa propre protection, affirme le rôle de la personne de confiance. En effet, il peut prévoir que le mandataire exercera les missions que le code de la santé publique et le code de l'action sociale et des familles confient au représentant de la personne en tutelle ou à la personne de confiance19.

Toute stipulation contraire aux articles 457-1 à 459-2 du code civil sera réputée non écrite.


Le mandat de protection future, s'apparentant à un véritable système de représentation autonome, est calqué sur le tuteur chaque fois que le consentement strictement personnel est requis, le mandataire devra s'y soumettre, et même s'il n'est pas nécessaire, il devra le rechercher afin de respecter la vie privée de l'individu2020 et l'intégrité de son corps humain. L'article 457-1 c. civ. précise que «la personne protégée reçoit de la personne chargée de sa protection, selon des modalités adaptées à son état et sans préjudice des informations que les tiers sont tenus de lui dispenser en vertu de la loi, toutes informations sur sa situation personnelle, les actes concernés, leur utilité, leur degré d'urgence, leurs effets et les conséquences d'un refus de sa part. »


Par ailleurs, l'accomplissement des actes dont la nature implique un consentement strictement personnel ne peut jamais donner lieu à assistance ou représentation de la personne protégée. Il en va ainsi de la déclaration de naissance d'un enfant, sa reconnaissance, des actes de l'autorité parentale relatifs à la personne d'un enfant, de la déclaration du choix ou du changement du nom d'un enfant et de consentement donné à sa propre adoption ou à celle de son enfant21.


D'une façon générale, la personne protégée prend seule les décisions relatives à sa personne dans la mesure où son état le permet.

D/- Publicité du mandat de protection future:


Parce que le mandat de protection future est par principe exclusif de toute autre mesure de protection, au moins lorsqu'il est bien rédigé, une mesure de publicité s'impose. Elle ne doit pas être moindre que celle organisée en cas d'ouverture d'une mesure de tutelle ou de curatelle22. Selon l'exigence du parallélisme des publicités requises, une inscription sur le répertoire civil tenu au greffe de chaque tribunal de grande instance apparaît nécessaire, ainsi qu'en marge de l'extrait.

Elles sont révocables à tout moment. Le médecin en tient compte pour toute décision d'investigation, d'intervention ou de traitement la concernant, à condition qu'elles aient été établies moins de trois ans avant l'état d'inconscience d'acte de naissance de la personne.

En outre, le notariat préconisera une inscription sur un fichier des mandats de protection future, pour ceux reçus en la forme notariée, une extension du champ d'action du fichier central des dispositions de dernières volontés. La création d'un fichier indépendant serait à envisagée afin d'y inscrire tous les mandats de protection future, quelque soient leur forme.

LIVRE


"Témoignages de parents sur le handicap mental en France."


Témoignages recueillis dans le cadre de l’Association ANDEPHI.



Le sujet traité par cet ouvrage s’intéresse à la perception qu’ont les parents d’enfants ou adultes handicapés mentaux  vis-à-vis des établissements spécialisés. Les familles ont bien voulu nous envoyer leurs témoignages sur la prise en charge de leurs enfants et adultes. Ils relatent les conditions sociales que vivent tous les parents.

Et ce n’est pas rien ce que vivent les familles dès l’annonce du handicap de leur enfant. Les témoignages reflètent-ils la réalité ?

« Quand on lit les témoignages des familles, on a l’impression que tout va mal et que rien ne se passe correctement dans le monde du « handicap » et plus particulièrement dans les établissements spécialisés ».

C’est ce que disait dernièrement un parent. Bien sûr, la plupart des établissements spécialisés fonctionnent correctement. Bien sûr, on ne parle jamais « des trains qui arrivent à l’heure ». Et pourtant, ces témoignages, nous ne les avons pas inventés. Et pourtant, nous n’avons pas mis tous les messages que nous recevons.



  

Pour commander.

Trois formats disponibles :


   e-book   (format KINDLE) 5 €

       e-book  (Format epub) 5 €

      livre broché  12,90 €


 

Les bénéfices sont intégralement reversés à l’association ANDEPHI

Commentaires sur le livre




Commentaire déposé sur le site AMAZON version EBOOK KINDLE


A LIRE ET FAIRE LIRE SUR LE FONCTIONNEMENT DES FOYERS


Au début, c'est un véritable choc et un sentiment de désarroi de découvrir une telle situation en France sur le manque de foyer pour adultes handicapés et ses dysfonctionnements sans compter la désinvolture des hommes politiques face à ce sujet, puis dans un second temps, en tant que parent d'un jeune handicapé, on ne peut que réagir et avoir envie que les choses changent. Ce livre est un appel aux parents d'handicapés pour qu'ils prennent en main les choses et agissent tant sur le plan politique pour que le handicap soit une vraie priorité qu'à titre personnel en s'investissant davantage dans la gestion des foyers.


______________________________________________________________


Commentaire déposé sur le site AMAZON


Vous comprendrez, en lisant ces témoignages, le désarroi, la souffrance, et l’impuissance des parents quand dans leur vie naît un enfant mentalement handicapé.

_________________________________________________________


J’ai un frère handicapé mental et je souhaitais lire les témoignages de familles qui sont dans la même situation que moi.

___________________________________________________________


Que de doléances, que d’attentes, que de problèmes sans solutions ; et combien n’y figure pas de ceux qui ne savent pas écrire, de ceux qui n’osent pas écrire et de tous ceux qui ne connaissent pas ANDEPHI.

Je regrette que les adhésions ne se renouvellent pas systématiquement, trop de personnes attendent des aides et des solutions et devant la force d’inertie des institutions se découragent.

Quand prendront-ils conscience que c’est par le nombre que l’on est pris en considération?

PS je n’ai pas gardé le livre je l’ai offert à…

________________________________________________________________


MERCI POUR CE LIVRE, en parcourant la lecture des témoignages, on se retrouve dans différentes situations. Nous avons tous le même ressenti !

_____________________________________________________________________


Bonjour, j’ai acheté votre livre et en le lisant, je me pose une question sur mes deux sœurs mises sous tutelle. Voici ma question…

____________________________________________________________________


La lecture en est édifiante !

L’ampleur du drame dépasse l’imagination, le citoyen lambda n’a aucune idée du problème.

Que répondre à ces parents en détresse ?

Personnellement je leur recommanderais, d’abord, d’adhérer à une (ou plusieurs) "grande" association : même si celles-ci se défendent d’être des associations "de parents".

Ce sont elles qui créent (ou essayent de créer) de nouvelles structures.

Ce sont elles qui peuvent faire pression sur les décideurs politiques pour dégager les

Crédits.

Ce sont elles qui peuvent, par des manifestations de rues, attirer l’attention sur l’ampleur du problème, et ce sont les adhérents, en demande de solution, qui seront les plus actifs.

Ce sont eux qui peuvent donner "mauvaise conscience" au reste du pays.,

De plus, et même si "on ne doit pas le dire", abandonnons la langue de bois et

admettons qu’un de ces parents en détresse, qui aura adhéré à une de ces Associations, qui aura décidé d’y consacrer un peu de son temps, qui y aura accepté quelque responsabilité, verra, bizarrement, des portes s’ouvrir au lieu de se fermer !

Comment expliquer le silence assourdissant qui entoure le désespoir de ces familles ?

Comment expliquer leur isolement ? Je n’ai pas de réponse !!

____________________________________________________________________________


Je voulais vous dire aussi que j’ai acheté votre livre et je me suis tout à fait retrouvée dans le parcours de mon enfant.

Il aborde d’une façon simple des problématiques extrêmement complexes du fait du manque de regard de l’Etat.

Les conseils généraux accordent les droits déterminés par la loi, très frileusement de peur de ne pas respecter leur budget

 prévisionnel.

Les grandes associations de parents, dépendant financièrement des conseils généraux, se contentent de donner quelques conseils mais évitent bien évidemment de s’investir dans les problèmes qui sont criants mais qui doivent rester tus.

______________________________________________________________________


J’ai lu votre ouvrage. Vous avez raison : ce qui peut faire bouger le monde du handicap, c’est la motivation des familles qui ne peuvent compter que sur elles.

_________________________________________________________________


Je viens de lire votre livre. Et je voulais vous remercier de tout ce temps que vous consacrez aux familles en difficulté. Nous avons correspondu par le passé quand la souffrance de mon frère dans l’établissement où elle était accueillie…

______________________________________________________________________________________

Merci pour votre ouvrage complet. Il ne faut pas cacher les problèmes des parents car tout avance lentement.

____________________________________________________________________

J'ai déjà pris contact avec ANDEPHI, beaucoup d’informations peuvent nous être très utiles, il n’est pas rare de se reconnaître à travers certains témoignages. Je souhaiterais faire part de ma dernière expérience, celle-ci est toujours d’actualité et illustre parfaitement l’ensemble des problèmes graves que l’on rencontre lorsque l’on est parent, aimant, protecteur et accessoirement tuteur ! Nous devrions tous nous retrouver pour défendre les droits de nos enfants faire bloc face à ces institutions qui usent et abusent de leur pouvoir sans le moindre scrupule, encouragés par l’état qui ferme les yeux.

Pour lire gratuitement un long extrait du livre en PDF, cliquez sur le lien  extrait livre PDF


Les dossiers d'ANDEPHI

Facebook

ANDEPHI

Faites également la promotion de votre Page

Faciliter la gestion des tutelles par les familles.

Nous demandons une dispense totale de comptes rendus de dépenses annuelles lorsqu’il n’y a pas de « fortune personnelle ».


Environ 700 000 personnes vivent en France sous tutelle ou curatelle.

Les familles qui gèrent ces mesures le font gratuitement alors que les associations spécialisées ont des rémunérations pouvant atteindre 15 % des revenus annuels avec un plafond d’un peu moins de 500 euros.

La plupart du temps, ce sont les familles qui complètent les revenus des personnes handicapées résidant en établissements spécialisés. Rappelons que les revenus de l’AAH placent ceux-ci au-dessous du seuil de pauvreté.

Les Juges ont trop de dossiers. Chaque année des milliers de comptes ne sont pas vérifiés. Lorsqu’il n’y a pas de fortune personnelle, il n’y a très souvent rien à contrôler.

Par contre, à chaque fois qu’un tuteur sollicite le Juge pour une dépense imprévue, il faut attendre la réponse pendant "des semaines".

La tutelle est importante pour les familles. Elle leur permet de garder le contact de décision sur leur enfant lorsqu’ils deviennent adultes car sans tuteur, l’autorité des parents disparaît à la majorité des enfants.